En effet, il s'agissait bien de la 3ème réponse ! !

Il faut utiliser la fréquence des phénotypes [typica] récessifs soit : 1-0,98=0,02, et faire l'hypothèse que les fréquences ne sont pas trop éloignées des proportions de Hardy-Weinberg. D'où = 0,141.

Bien évidemment cette approximation sera d'autant meilleure que la population est effectivement panmictique et que les proportions ne sont pas trop modifiées par un facteur sélectif par exemple. Dans l'idéal il conviendrait d'obtenir les fréquences des différentes formes juste après la naissance et avant toute perturbation.

Ceci est très difficile dans la nature, mais peut être réalisé dans certaines expériences de laboratoire, chez la drosophile par exemple.