Les mousses

Les mousses sont de petites plantes de quelques centimètres de haut. Elles sont constituées de petites tiges feuillées, chlorophylliennes : le gamétophyte, surmonté d'un pédicelle se terminant par une capsule sporangiale (c'est la génération sporophytique qui vit en parasite sur le gamétophyte). (photo MPA)

Les mousses se développent sur le sol, les troncs d'arbres... (photo MPA)

...ou sur les murs comme c'est le cas pour la "barbule des murs"... (photo PG)

...ou de cette espèce de Grimia, caractérisée par des sporophytes qui émergent à peine du coussinet caractéristique formé par les tiges feuillées gamétophytiques, serrées les unes contre les autres. (photo PG)

Le gamétophyte peut aussi prendre la forme de tiges très ramifiées, pourvues d'appendices foliaires comme c'est le cas pour cette espèce du genre Thuidium. (photo MPA)

Ces tiges peuvent adhérer et ramper sur le substat comme c'est le cas chez cette espèce du genre Hypnum... (photo PG)

...dans ce cas, le sporophytes se développent latéralement grâce à ses tiges rampantes. (photo PG)

Lorsque les spores méiotiques tombent sur le sol, elles se divisent et se développent pour former le protonéma, constitué de files de cellules chlorophylliennes. Ces filaments sont ramifiés et rampent à la surface du substrat. A partir du protonéma se développent régulièrement des tiges munies d'appendices foliaires... (photo PG)

Bryophytes
Bryophytes

...qui forment de petits coussinets verts caractéristiques : c'est la génération gamétophytique, haploïde, dominante chez les mousses (Leucobrium glaucum). (photo VT)

Les tiges feuillées du gamétophyte s'accrochent au sol grâce à des filaments latéraux appelés rhizoïdes. (photo MPA)

Les feuilles sont pourvues de stomates qui permettent de réguler les échanges gazeux avec le milieu extérieur. (photo MPA)

En période fertile, à l'extrémité des tiges feuillées, se différencient au sein d'une involucre de feuilles (constituant une corbeille), les organes reproducteurs ou gamétanges. (photo MPA)

Sur cette coupe longitudinale, au sommet d'une tige de polytric, nous pouvons voir une corbeille à gamétanges mâles : les anthéridies. (photo PG)

Les anthéridies renferment les anthérozoïdes ou "gamètes mâles", qui seront libérés à l'extérieur après rupture de l'anthéridie au niveau du capuchon constitué de cellules plus arrondies. (photo PG)

Au sein des corbeilles à gamétanges femelles, on trouve des archégones. (photo MPA)

Archégone
Archégone

Les archégones ou "gamétanges femelles" sont constitués d'une partie basale renflée : le ventre, enfermant un gamète femelle unique non disséminé : l'oosphère. Le ventre est surmonté du col muni d'un canal plein de mucilage qui permettra au gamète mâle nageur d'atteindre l'oosphère. (photo PG)

Dans les corbeilles à gamétanges, on trouve aussi de longs filaments stériles protecteurs serpentiformes : les paraphyses. (photo PG)

Après fécondation de l'oosphère par un anthéroïde, le sporophyte se développe en parasite sur le gamétophyte. (photo MPA)

Le sporophyte est formé d'un pédicelle, ancré dans les tissus du gamétophyte grâce à un suçoir, terminé par le sporange ou "capsule sporangiale". (photo MPA)

Au début, la coiffe, qui correspond aux restes du col de l'archégone, recouvre totalement la capsule sporangiale... (photo MPA)

...puis la coiffe se déchire et chute. (photo MPA)

Sous la coiffe, la capsule sporangiale est fermée par un opercule qui, à maturité, tombe lui aussi. (photo MPA)

Les spores sont alors libérées et sortent de la capsule par le péristome, dont la forme est l'un des critères d'identification des espèces de mousses. (photo MPA)

Légende :
Apprendre
S'évaluer
S'exercer
Observer
Simuler
Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)