Les quantités initiales de et sont nulles.

Soient et les quantités de transformées respectivement par les réactions 1 et 2 à un instant .

La stœchiométrie des réactions permet d'écrire les quantités restantes :

et les quantités formées :

Les vitesses des réactions :

L'avancement de la réaction 1 peut être défini sans ambiguïté par la quantité de transformée (disparue), car ce constituant n'intervient que dans cette seule réaction.

D'où :

Par suite, la vitesse de cette réaction

De même, l'avancement de la réaction 2 se définira par rapport à la quantité transformée (formée). .

D'où la définition de la vitesse .

Les vitesses de transformation des autres espèces se déduisent facilement de et par les relations suivantes :