Au cours d'une réaction simple, les réactifs et les produits sont toujours dans les proportions stoechiométrique définie par l'équation bilan. Par exemple pour une réaction simple dont la stoechiométrie serait :

A tout instant, les quantités de et de formées sont égales à la quantité de disparue. Il n'en est pas toujours de même dans les réactions composées.

Par exemple pour une réaction série

Si on attend suffisamment longtemps, tout le initialement présent se sera transformé en lequel sera également entièrement transformé en .

L'équation bilan de la réaction est donc .

est un intermédiaire réactionnel qui ne figure pas dans les produits finaux de la réaction et ne figure donc pas dans l'équation bilan.

Lorsque la réaction est complète, la quantité de formée est égale à la quantité de disparue. Ceci est bien conforme avec l'équation bilan. Mais ceci n'est pas vrai à tout instant.

Considérons par exemple un instant .

Appelons la quantité initiale de et posons égales à 0 les quantités initiales de et .

Soient la quantité de et celle de disparues à l'instant .

Les quantités de , et à cet instant sont donc respectivement :

On voit donc bien que la quantité de formée ( ) n'est pas égale à la quantité de disparue ( ).

Cela n'est vrai qu'au temps et au temps

La notion même d'équation bilan perd de sa signification dans le cas des réactions parallèles.

En effet, pour une réaction

 et 

Lorsque la réaction est complètement terminée, il ne reste plus de , mais les quantités de et de formées dépendent des vitesses respectives des deux réactions. Tout ce que l'on peut dire à priori c'est que la somme des quantités de et formés est égale à la quantité de disparue. Les proportions de et formées ne sont pas dans un rapport simple, il n'est donc pas possible d'écrire une équation bilan.