Chimie
Précédent
Suivant
Mesures magnétiques et loi de Curie. Exemples

La détermination des propriétés magnétiques consiste à mesurer l'aimantation induite par le champ magnétique externe. La variation de en fonction du champ magnétique est donnée sur la figure ci-dessous. Dans le régime linéaire, la pente de la droite est égale à , étant la susceptibilité magnétique molaire.

La susceptibilité diamagnétique, présente dans tous les composés, est négative et indépendante de la température. Elle est liée à la circulation des électrons appariés dans leurs orbitales induite par le champ magnétique externe. Elle se calcule à partir de contributions atomiques constituant la substance étudiée. La susceptibilité paramagnétique existe uniquement pour les composés possédant des électrons non appariés. Elle est positive et dépendante de la température. Elle est beaucoup plus importante que la susceptibilité diamagnétique.

Pour les complexes, il est utile de définir une susceptibilité molaire notée . La dépendance thermique de la susceptibilité paramagnétique molaire est donnée par la loi de Curie, selon la relation :

est le facteur Zeeman du complexe étudié, et est proche du facteur gyromagnétique de l'électron . On appelle la Constante de Curie la quantité égale à  ; elle dépend du spin étudié et du facteur du complexe étudié (figure ci-dessous). On peut récrire la loi de Curie sous la forme d'un produit indépendant de la température .

Par exemple, le complexe possède un spin et , donc le produit vaut 3 cm3.mol-1K. Le complexe diamagnétique possède un spin , d'où est nul. Le complexe a trois électrons célibataires dans les orbitales , donc , soit avec . Ainsi, la valeur du produit permet de connaître le nombre d'électrons célibataires dans un composé.

Légende :
Apprendre
S'évaluer
S'exercer
Observer
Simuler
Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)