Avec une distance de 5 Å, les orbitales des deux fragments commencent à se recouvrir, surtout celles impliquées dans la formation des liaisons carbone-carbone. On observe ainsi un début de distinction entre les orbitales liantes et anti-liantes impliquant les orbitales de fragments 4 et 5 représentées dans la question 4. Cela se traduit par une différence d'énergie, assez faible mais existante entre l'OM liante et anti-liante correspondante.

Avec une distance de 1,30 Å, le recouvrement de toutes les orbitales de fragment est assurée. Les orbitales moléculaires liantes et anti-liantes sont différenciées en terme d'énergie. Ainsi, on s'aperçoit qu'on retrouve les orbitales moléculaires que l'on a observé pour la molécule d'éthylène seule. De plus, si on ne regarde que le classement des OM, on retrouve le même diagramme énergétique que celui du C2H4 obtenu précédemment. On peut donc conclure que la méthode des fragments est une bonne manière d'approximer les solutions exactes données de l'équation de Schrödinger

Diagramme des orbitales moléculaires obtenu par la méthode des fragments.

Remarque

L'origine du système n'étant pas la même, il se peut que les valeurs énergétiques des OM obtenues avec la combinaison des deux fragments :CH2 et l'énergie des OM obtenues sur un calcul direct sur la molécule d'éthylène diffèrent. Cela dit, il faut garder en tête que le plus important est de retrouver le même classement des OM dans les deux cas.