Soient , les impédances des branches du pont ;

soient les intensités des courants dans les branches et du pont ;

la condition d'équilibre du pont est que l'on peut écrire   ou , qui en appliquant la loi d'Ohm en alternatif, s'écrit :

;

la même tension est appliquée aux deux branches du pont ;

l'application de la loi d'Ohm donne : ,

La condition d'équilibre est donc :

L'expression est la même que pour l'équilibre du pont en courant continu, mais en utilisant les impédances complexes.

Remplaçons par leurs valeurs :

la condition d'équilibre devient :

Pour que deux nombres complexes soient égaux, leurs parties réelles et leurs parties imaginaires doivent être respectivement égales. L'égalité des parties réelles donne :

et celle des parties imaginaires :

En pratique, on réalise d'abord l'équilibre du pont en continu , ce qui permet d'obtenir par variation de , puis on alimente le pont en tension sinusoïdale et on fait varier jusqu'à ce qu'un nouvel équilibre soit atteint. On a alors déterminé la valeur de la capacité du condensateur étudié, et sa résistance de fuite.