Chimie
Précédent
Suivant
Vitesse absolue de réaction

L'objectif est d'établir une expression de la vitesse de la réaction à partir de la connaissance de son mécanisme réactionnel. Du fait que cette expression ne fait pas intervenir de facteur empirique, on l'appelle souvent "vitesse absolue".

La vitesse de la réaction est égale à la vitesse de formation des produits, donc à la vitesse de transformation du complexe, soit :

étant assimilable au coefficient de vitesse de la réaction de décomposition du complexe activé en produits.

Pour exprimer on doit faire appel des notions de mécanique statistique qui dépassent le cadre de ce cours. On en donnera donc ici seulement les résultats sans pouvoir en fournir les justifications.

va être estimé en considérant que la décomposition du complexe activé se fait par un mouvement similaire à une vibration interne qui se produirait suivant la coordonnée de la réaction. On peut dès lors montrer que la vitesse de la réaction s'exprime par

relation dans laquelle :

est la constante de Boltzmann ( ),

la constante de Planck ( )

et la température absolue de réaction.

étant le facteur de transmission.

représente la proportion de molécules activées, qui franchissant le sommet de la barrière énergétique se transforment effectivement pour donner les produits de réaction. Dans la plupart des cas , ce facteur est égal à 1 (toutes les molécules activées qui franchissent le col donnent les produits). Pour simplifier l'écriture, nous ne le ferons pas figurer dans ce qui suit. Pour plus de détails sur le facteur de transmission , cliquez ici.

Pour évaluer on peut admettre qu'il s'établit un équilibre rapide entre les réactifs et le complexe activé.

On peut donc écrire :

étant la constante d'équilibre relative aux concentrations entre les réactifs et le complexe activé, d'où l'expression de la concentration de ce complexe :

La vitesse de la réaction peut donc s'écrire

La loi de vitesse est donc du second ordre (ordre 1 par rapport à chaque réactif) et son coefficient de vitesse est égal à .

On peut relier la constante à la constante thermodynamique d'équilibre entre les réactifs et le complexe activé.

En effet,

étant la pression de référence (1bar), , et étant les pressions partielles de , et .

Or d'où

La constante thermodynamique d'équilibre est reliée à l'enthalpie libre standard de formation du complexe activé à partir des réactifs (voir le module de Thermodynamique).

Plus simplement, on appelle aussi l'enthalpie libre d'activation.

En effet, la considérant l'équilibre entre les réactifs et le complexe activé :

La constante thermodynamique de cet équilibre est reliée à par

Le coefficient de vitesse s'écrit donc

D'après la définition de l'enthalpie libre , on peut décomposer l'enthalpie d'activation en un terme enthalpique et un terme entropique :

D'où l'expression du coefficient de vitesse

Voyons comment cette expression peut être reliée à l'équation d'Arrhenius :

en en prenant le et en dérivant on obtient :

De même, en prenant le logarithme de la relation (5) et en dérivant on trouve :

En identifiant les relations (6) et (7) il vient :

d'où :

Et l'expression du coefficient de vitesse de la réaction :

D'où l'expression théorique du facteur de fréquence de la relation d'Arrhenius :

On voit donc que l'énergie d'activation d'Arrhenius, qui est d'origine empirique, est reliée à l'enthalpie standard de formation du complexe activé à partir des réactifs (relation 8) et que l'expression théorique du facteur de fréquence fait intervenir l'entropie standard de formation du complexe activé (relation 10)

C'est par ces deux grandeurs que la théorie du complexe activé prend en compte la nature chimique des réactifs et de la façon dont ils réagissent, chose que ne pouvait pas faire la théorie des collisions sauf en introduisant à posteriori le facteur stérique.

Conclusion

Dans la présentation simplifiée de la théorie du complexe activée qui a été donnée ici, nous nous sommes restreint au cas des réactions bimoléculaires en phase gazeuse dont l'énergie d'activation est d'origine thermique. La théorie peut être adaptée au cas des réactions mono-moléculaires activées photochimiquement et des réactions en solution.

Cette théorie permet le calcul du coefficient de vitesse d'une réaction sans introduire de facteur empirique.

Dans les cas les plus simples, l'accord entre les valeurs théoriques et expérimentales est acceptable. La difficulté inhérente à la méthode réside dans la détermination du chemin réactionnel et de la structure précise du complexe activé. Dans ces cas les plus simples, on peut construire la surface d'énergie potentielle pour caractériser ce chemin réactionnel et identifier le complexe activé. Cette approche est illustrée dans le paragraphe suivant.

Dans les cas plus complexes, une analyse exhaustive est impossible et on doit modéliser l'approche des réactifs et leur mode d'interaction avec la plus grande prudence.

Légende :
Apprendre
S'évaluer
S'exercer
Observer
Simuler
Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)