Introduction

Le problème essentiel dans l'étude des composés plus ou moins symétriques est l'identification du signal (ou des signaux) des carbones isochrones et leurs dénombrement.

Le problème est donc de déterminer quel est le pic qui correspond aux carbones isochrones et quels sont ceux qui correspondent à des carbones ne présentant pas d'isochronie...

Si en RMN du proton, on utilise sans difficulté l'intégration pour déterminer le nombre de protons isochrones d'un signal, on ne dispose pas d'outil d'intégration en spectroscopie de RMN du . On peut certes recourir à une méthode permettant d'intégrer les signaux des carbones mais elle est très coûteuse en temps (accumulation avec un délai très long ou Gate inverse). Néanmoins, il existe un ensemble de solutions de secours plus ou moins efficaces (mais non sans risques... ne l'oubliez pas...).

Dans la mesure où l'on ne peut intégrer, on va soit observer la hauteur des pics, soit le spectre du proton, et dans les deux cas valider les conclusions par un ensemble de vérification. Nous allons reprendre quelques spectres pour lesquels nous avons appliqué précédemment la méthode d'interprétation générale.

Exemple n°1
Exemple n°2
Légende :
Apprendre
S'évaluer
S'exercer
Observer
Simuler
Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)