Chimie
Précédent
Suivant
Surfaces d'isodensité (orbitales s et p)

Les orbitales de type ne varient pas avec les angles et leurs surfaces d'isodensité sont donc des sphères. On a représenté ci-contre en haut ces surfaces pour les orbitales de l'hydrogène à .

Pour les orbitales , on obtient une seule sphère alors que pour les orbitales et , on obtient en fait 3 et 5 sphères respectivement, qui apparaissent en raison de l'existence de plusieurs maxima, visibles sur les représentations radiales, que l'on peut aussi lier à l'existence d'un nombre croissant de sphères nodales avec le nombre quantique principal. Ces sphères supplémentaires sont cachées dans la figure ci-dessus.

Pour rappeler l'existence des sphères nodales, on a choisi de représenter ci-contre de deux couleurs différentes, en ménageant une ouverture dans les sphères, les surfaces correspondant à une densité de mais des valeurs opposées de l'orbitale .

La sphère nodale est située entre les sphères rouge et bleue internes.

Ce type de figure ne doit pas être confondu avec les surfaces d'isodensité présentées page précédente pour l'orbitale , qui montrent des surfaces obtenues pour plusieurs valeurs de la densité.

Les orbitales et réelles sont représentées ci-dessous pour une valeur particulière de la densité. On constate là encore l'augmentation du nombre d'éléments nodaux avec le nombre quantique principal :

  • un plan nodal pour les

  • un plan nodal et une sphère nodale pour les

les 3 orbitales 2p
les 3 orbitales 2p
les 3 orbitales 3p
les 3 orbitales 3p

Des versions sont disponibles ci-dessous pour les orbitales et .

Légende :
Apprendre
S'évaluer
S'exercer
Observer
Simuler
Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)