Adaptation à l'hétérotrophie

Ne pouvant pas photosynthétiser car étant dépourvus de chlorophylle, les champignons sont hétérotrophes pour le carbone. Ils vivent donc :

  • en saprophytes (ils décomposent les végétaux et animaux morts),

  • en parasites (ils sont souvent pathogènes et provoquent des mycoses chez les animaux et de nombreuses maladies chez les plantes),

  • ou en symbiose (association d'un chamignon hétérotrophe avec un être autotrophe comme c'est le cas pour les mycorhizes [champignon + cellules végétales de la racine] ou les lichens [champignon + algue unicellulaire verte ou une cyanobactérie].

Chez les champignons supérieurs, la cellulose de la paroi cellulaire est remplacée par de la chitine (polymère d'un dérivé aminé du glucose, constituant également l'exosquelette des insectes).

Par ailleurs, de nombreuses espèces de champignons synthétisent du glycogène comme glucide de réserve comme les animaux au lieu de l'amidon comme c'est généralement la cas pour les végétaux.

Cela pourrait indiquer une tendance à la prédominance d'un métabolisme azoté sur le métabolisme glucidique ce qui les rapproche des organismes animaux.

Légende :
Apprendre
S'évaluer
S'exercer
Observer
Simuler
Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)