Feuille des spermaphytes

Seuls les organes aériens de la plante, et principalement les feuilles, sont de couleur verte et réalisent la photosynthèse. Le végétal entier est autotrophe mais par suite de la spécialisation des cellules des tissus et des organes, seules certaines parties réalisent la photosynthèse.

La feuille (en particulier chez les dicotylédones) est formée, le plus souvent, d'un pétiole et d'une lame aplatie (le limbe) ce qui assure une grande surface orientée horizontalement, donc perpendiculairement aux rayons lumineux.

Fig. 01 : Feuille de houx (Coupe transversale et schéma explicatif au niveau de la nervure médiane).

(Document H. Hubert, Biologie et Multimédia)

En section transversale, le limbe est constitué d'un épiderme supérieur, d'un parenchyme palissadique chlorophyllien, d'un parenchyme lacuneux (grandes lacunes aérifères) également chlorophyllien et d'un épiderme inférieur. Les épidermes, non chlorophylliens, sont recouverts d'une cuticule et contiennent des stomates qui assurent les échanges gazeux entre les parenchymes chlorophylliens et le milieu extérieur.

La densité en stomates est fréquemment plus forte sur la face inférieure. Le limbe est parcouru par des nervures dont une, principale.

Elles sont constituées principalement de tissus conducteurs (xylème et phloème) et de tissus de soutien protecteurs (collenchyme et sclérenchyme).

Chez les monocotylédones, l'orientation est souvent verticale (exemple : graminées et liliacées).

Les parenchymes assimilateurs et les stomates sont alors également répartis sur les deux faces. Il n'y a souvent pas de nervure médiane bien marquée. D'autre part, les nervures secondaires sont le plus souvent parallèles entre elles.

Fig. 02 : Feuille de Muguet (Coupe transversale et schéma explicatif).

Légende :
Apprendre
S'évaluer
S'exercer
Observer
Simuler
Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)