La croissance monopodiale

La simple observation d'un arbre au printemps permet de comprendre quels bourgeons vont se développer en priorité. Chez la plupart des arbres, c'est le bourgeon terminal d'un rameau qui prend le relais de la pousse précédente (=monopode).

Fig. 01 : Un marronnier dans un jardin au début du printemps : Tous les bourgeons terminaux de chaque rameau vont se développer.

Détail : Le bourgeon terminal de chaque branche se développe ainsi que les bourgeons latéraux les plus proches du sommet (acrotonie).

La croissance verticale est accentuée par le fait que parmi les bourgeons axillaires, ce sont ceux qui sont le plus proches du bourgeon terminal qui se développent aussi en priorité (=acrotonie).

Cette priorité permet de distinguer le port arborescent du port buissonnant de certains végétaux ligneux.

Chez ceux-ci ce sont les bourgeons les plus éloignés de l'apex qui se développent en priorité (=basitonie). Tous les intermédiaires sont possibles et permettent la variété observable du port des arbres.

Fig. 02 : Détail d'un arbre (marronnier) à croissance monopodiale photographié en hiver (année n)
Fig. 02 : Détail d'un arbre (marronnier) à croissance monopodiale photographié en hiver (année n)
Fig. 03 : Le même, en hiver de l'année n+1. Les bourgeons terminaux de chaque branche se sont développés en priorité ...
Fig. 03 : Le même, en hiver de l'année n+1. Les bourgeons terminaux de chaque branche se sont développés en priorité ...
Légende :
Apprendre
S'évaluer
S'exercer
Observer
Simuler
Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)