Dominance apicale

Il est possible de montrer les interactions hormonales entre bourgeons à l'aide d'une expérience simple. En sectionnant le bourgeon terminal d'une plante, on favorise le développement des bourgeons axillaires situés au dessous.

Fig. 01 : avant la section
Fig. 01 : avant la section
Fig. 02 : après la section
Fig. 02 : après la section

La tige épicotylée de la germination (à gauche) a été sectionnée (à droite)

Fig. 03 : Un bourgeon axillaire s'est développé et remplace le bourgeon terminal
Fig. 03 : Un bourgeon axillaire s'est développé et remplace le bourgeon terminal
Fig. 04 : Témoin non sectionné : c'est la tige principale qui s'est développée (Les bourgeons axillaires sont restés inhibés)
Fig. 04 : Témoin non sectionné : c'est la tige principale qui s'est développée (Les bourgeons axillaires sont restés inhibés)

On peut conclure de cette expérience que le bourgeon terminal inhibe le développement des bourgeons axillaires, puisqu'après son élimination, ceux-ci se développent.

Ce phénomène est appelé "dominance apicale" et fait intervenir des hormones (en particulier : l'auxine).

Des expériences plus théoriques sur les corrélations hormonales sont décrites à la rubrique "SIMULATION".

Légende :
Apprendre
S'évaluer
S'exercer
Observer
Simuler
Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)