La croissance sympodiale

La croissance de type sympodiale est plus rare que la croissance de type monopodiale. Elle existe particulièrement chez le lilas et chez certains marronniers, pris en exemple ici.

Le même arbre a été photographié au tout début du printemps, l'année n et l'année n+1 à la même époque. On constate que le bourgeon terminal est avorté et que les bourgeons les plus développés sont les deux bourgeons axillaires situés juste dessous. L'année suivante, ce sont ces deux bourgeons qui vont donner deux rameaux symétriques, simulant une apparente dichotomie.

Fig. 01 : Année n
Fig. 01 : Année n
Fig. 02 : Année n+1
Fig. 02 : Année n+1

Fig. 03 : Détails d'un des rameaux

Rechercher sur ces photographies à quels bourgeons de l'année n correspondent les rameaux de l'année n+1.

Légende :
Apprendre
S'évaluer
S'exercer
Observer
Simuler
Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)