Spectre Gate Inverse

Comme vous le verrez, les spectres les plus demandés sont, dans tous les cas, le spectre BB et dans une moindre mesure le spectre OR. Les spectres couplés ne s'inscrivent que dans des études poussées, notamment sur les couplages. Ce dernier type de spectre « Gate inverse » est encore moins souvent demandé. Toutefois, il est intéressant de savoir qu'il existe dans le cas particulier où l'on veut obtenir l'intégration des signaux pour savoir par exemple si tel ou tel signal correspond à un, deux ou plusieurs carbones isochrones...

Au niveau de la réalisation de ce type de spectres, il y a deux contraintes :

  • On doit conserver l'avantage du spectre BB (une raie par carbone ou pour plusieurs carbones isochrones) et par suite, le découplage du proton sera donc actif durant l'acquisition du FID ;

  • on doit obtenir une relaxation complète de tous les carbones... On souhaite en effet que chaque noyau retrouve sa population d'équilibre avant d'appliquer une nouvelle impulsion et de ce fait on va appliquer un long Pulse Delay PD pour permettre à la fois, aux noyaux lents d'accomplir la totalité leurs relaxations et aux carbones hydrogénés de perdrent les effets d'accroissement du signal liés à l'effet NOE.

Ce type de spectre est très chronophage, c'est à dire coûteux en temps d'enregistrement et de ce fait, on le programme pour la durée du week-end ! La séquence d'impulsions est donc du type :

Dans le cas de l'exemple de l'acide acétique, le spectre RMN présente deux singulets situés au même déplacement chimique que précédemment mais cette fois-ci les deux signaux sont d'égale intensité. Bien entendu, le cas exposé ici ne présente aucun intérêt. La réalisation de ce type de spectre et donc l'obtention de l''intégration est souhaitable pour chiffrer des isochronies importantes et quand l'assistance du spectre RMN du n'est pas disponible ou efficace pour régler ce problème (nous verrons comment dans la méthodologie d'interprétation).

On observe nettement que sur le dernier spectre "Gate Inverse", les deux signaux ont la même intensité... Leur intégration est identique.

Une application plus originale du spectre « Gate Inverse » se trouve quand la molécule possède fortuitement deux carbones différents ayant le même déplacement chimique et qu'ils sont non discernables dans le spectre BB. On peut alors contourner la difficulté lorsque la multiplicité caractérisant ces carbones n'a pas la même parité.

Remarque

Par "parité du carbone", on définit la parité du nombre de raies de la multiplicité ; le >C< et le >CH2 donnent une ou trois raies (parité des carbones : impaire), alors que le >CH- et le -CH3 , donnent 2 ou 4 raies (parité des carbones : paire)...

Il sera difficile de découvrir deux carbones superposés et non équivalents en passant au spectre Off Resonance si ces deux carbones sont de même parité... En effet, le singulet correspondant à >C< sera couvert par la raie centrale du triplet du CH2, ou, les deux raies du doublet de >CH- seront recouvertes par les deux raies centrales du quadruplet du -CH3. Par contre, il est aisé, par exemple, de découvrir un singulet >C< au centre d'un doublet >CH- lors du rétablissement des couplages. Lorsque ces recours à la multiplicité sont inefficaces, il y a lieu de réaliser un spectre intégrable « Gate Inverse ».

Légende :
Apprendre
S'évaluer
S'exercer
Observer
Simuler
Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)