Aromatiques

Pour les aromatiques, on a le même type de bande que pour les alcènes. On observe :

  • une bande d'élongation   ( ) si le noyau est au moins porteur d'un hydrogène.

  • une bande d'élongation >C=C< (1640-1600   ) de fréquence plus basse du fait de la conjugaison.

  • une ou deux bandes de déformation (fréquence inférieure à 910   ) qui constitue(nt) une empreinte du nombre de substituants porté par le noyau aromatique. Grâce à cette (ou ces) bande(s), il est possible de dire si le noyau est mono, di, tri, ...substitué et parfois de préciser le positionnement relatif des substituants sur le cycle.

Par rapport au benzène (référence), les aromatiques monosubstitués présentent tous :

L'élongation (3100-3000 ).

L'élongation >C=C< (1640-1600 ) à fréquence basse (conjugaison).

Une bande de déformation (770-740 ) caractéristique des aromatiques porteurs de 4 adjacents présente également dans le cas des dérivés monosubstitués.

Une bande de déformation (700-690 ) caractéristique des aromatiques porteurs de 5 adjacents (dérivés monosubstitués).

La plupart de ces spectres montrent des petites bandes situées entre 1800 et 2000 (rose zone "finger prints" ou empreintes ) ; il s'agit des combinaisons des bandes harmoniques situées dans la zone 700 à 1000 . Chaque type de substitution conduit à une série d'harmonique spécifique, si bien que cette zone fut longtemps un outil de confirmation des choix structuraux ; depuis l'essor d'autres spectroscopies, l'intérêt de ces « finger prints » (empreintes digitales) est retombé. Nous n'utiliserons pas ces bandes pour la détermination des substitutions du noyau.

et bien entendu, les bandes attribuables au groupe aliphatique, élongation et déformation des groupes > , et .

Aromatiques disubstitués.
Aromatiques trisubstitués.
En résumé :
Légende :
Apprendre
S'évaluer
S'exercer
Observer
Simuler
Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)