Amines

Les amines aliphatiques sont caractérisées par une coupure en avec maintien de la charge sur l'azote. Pour les coupures sans réarrangement (par retour d'hydrogène), l'ion résultant est pair :

  • 30 u est le fragment obtenu pour les amines primaires portant une chaîne non ramifiée sur le carbone portant la fonction.

Exemple

Pour l'heptylamine, le seul ion observé semble être le pic de base à 30u, tous les autres ions ont une intensité relative inférieure à 5%. Le pic parent à 115 (impair) est à peine observé, les quelques autres ions sont de la lignée de la chaîne alkyle (27 / 29, 41 / 43) l'ion 44 étant un ion azoté. L'ion 18 est issu de deux réarrangements.

  • -(30 + n 14)u.

Pour n=1, on a 44u.

Le fragment est déjà plus difficilement attribuable en terme de coupure ; en effet l'ajout d'un peut se faire sur l'azote conduisant à une amine secondaire dont la chaîne longue n'est pas ramifiée sur le carbone portent la fonction, soit ou sur la chaîne alkyle donnant une amine primaire dont la chaîne est ramifiée par un méthyle sur le carbone portant la fonction : :

Exemple

Dans le spectre de la N-méthylbutylamine, l'ion essentiel est le pic de base à 44u. On observe un ion à 30u dû à un réarrangement. En matière d'amine, c'est le pic de base qui est décisif, la faiblesse d'intensité du pic à 30 traduisant la nécessité du réarrangement. Mais on observe également un pic à 44 (pic de base) avec une amine primaire en comme la 1-méthylhéxylamine ou 2-aminoheptane. L'ion à 30u est ici aussi issu d'un réarrangement donc nettement moins intense.

pour n=2, soit 58u, le fragment est encore plus difficilement attribuable en terme de coupure ; en effet, l'ajout d'un nouveau peut se faire de plusisuers façons :

Dans le spectre de la N,N-diméthylbutylamine, l'ion essentiel est le pic de base à 58u. On observe des ions pairs à 30u et 44u du fait de de réarrangements successifs, mais ils sont très peu intenses. Le pic parent est un peu moins faible que pour les amines primaires analogues . Mais on observe également un 58u (pic de base) avec une amine secondaire en comme la N-éthylbutylamine. Les ions à 30u et 44u sont également présent avec une intensité (32%) assez forte (32%) pour l'ion à 30.

La situation serait la même (pic de base à 58u) pour une amine primaire en RCH(CH2CH3)NH2.

  • pour n=3, soit 72u, le fragment est encore plus difficilement attribuable en terme de coupure ; en effet l'ajout d'un nouveau peut se faire soit sur l'azote conduisant à une amine tertiaire dont la chaîne longue n'est pas ramifiée, soit sur le carbone portent la fonction ou soit sur les carbones portant l'azote de(s) chaîne(s) existante d'une amine primaire ou secondaire.

Dans le spectre de la dipropylamine, l'ion essentiel est le pic de base à 72u en concurrence avec un 30u aussi intense ! Cette situation inattendue souligne des bonnes conditions de réarrangement (retour d'un H sur le NH pour retrouver une forme semblable à l'amine primaire).

Mais on observe également un 72u (pic de base) avec une amine primaire en .

Notez qu'ici le 30u est moins intense que précédemment car le réarrangement se fait sur un moins basique que le

  • Pour finir pour n=4, soit 86u le fragment est toujours difficilement attribuable en terme de coupure ; il peut être observé dans des amines tertiaires, secondaires ou primaires !

Dans le spectre de la N-propyl-sec-butylamine, 86u est le pic de base. On observe des ions pairs (contenant N) à 30u, 44u, 58u et même 72 (faible) dont les intensités sont moyennes à faibles, dus à des réarrangements successifs. Les ions impairs sont des ions alkyles, le P - 15 observé est spécifique du groupement sec-butyle.

On observe également un 86u (pic de base) pour la triéthylamine. Les ions azotés pairs sont à nouveau présents ; 30u et 44u sont moins intenses du fait de la faible longueur des trois chaînes préjudiciable au(x) réarrangement(s) (retour d'H sur l'azote).

Voici les fragments généralement observés :

Légende :
Apprendre
S'évaluer
S'exercer
Observer
Simuler
Réalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)